Je me suis agenouillé pour prier, mais pas pour longtemps. J'avais trop de choses à faire. Je devais me dépêcher et arriver au travail car mon salaire en dépendait. Donc je me suis agenouillé et j'ai dit une prière pressée, ensuite j'ai sauté sur mes pieds. Mon devoir de chrétien était fait maintenant. Mon âme pouvait reposer tranquillement.

Tout au long de la journée je n'avais pas le temps de prononcer un mot de bonne disposition. Pas le temps de parler de Dieu à mes amis. Je craignais qu'ils rient de moi. Pas de temps, pas de temps, trop à faire, c'était mon cri constant. Pas de temps à donner à des âmes dans le besoin.

Mais enfin arriva le temps, le temps de mourir. Et imaginez ce qu'il se passerait si, au retour de Jésus-Christ, ce jour si attendu, il se passait quelque chose comme cela :

Arrivé devant le seigneur, je m'attendais à recevoir des récompenses pour mes bonnes oeuvres. Oh, je n'en avais pas fait beaucoup, mais quelques unes. Quelques mots gentils, quelques prières, même pressées... Alors Dieu a regardé dans Ses archives, mais Il ne trouvait rien.

- Pas possible, cherche encore Seigneur, il doit bien y avoir quelque chose...
- Non, non, rien. Ah, je me souviens maintenant. J'allais écrire tes bonnes oeuvres dans mon répertoire, un jour, mais je n'ai pas eu le temps".

Bien sûr, Dieu ne nous traitera jamais ainsi. Dieu a toujours tout le temps qu'il faut pour nous. Alors ne traitons pas Dieu comme nous n'aimerions pas qu'il nous traite, nous !