Neetu

La moitié de mon corps me faisait mal depuis trois ans, et depuis quatre mois, j’avais de très fortes brûlures d’estomac. J’avais besoin qu’on m’aide pour m’allonger, car cela me faisait trop mal. Mes médicaments coûtaient 3000 roupies par jour (environ 50 euros, ndlt). Ma mère avait demandé à mon père de vendre notre champ pour pouvoir m’emmener dans un bon hôpital à Delhi. Mais ma sœur m’a parlé d’une église de maison où je pouvais être guérie. Mais je lui ai répondu : « Si c’est le cas, pourquoi y a-t-il des médecins ? » Mais elle a continué à me parler la Parole, et simplement en l’écoutant, j’ai été soulagée de mes douleurs. Alors, j’ai décidé d’aller à cette église de maison avec ma sœur. Et là-bas, juste en entendant la Parole, mes douleurs ont totalement disparu. Depuis, j’ai été parfaitement bien.

Je suis illettrée et je pensais que ces gens-là pouvaient faire les œuvres de Dieu parce qu’ils étaient éduqués. Mais Happy et les autres croyants m’ont dit que cela n’avait pas d’importance, que je pouvais quand même accomplir les œuvres de Dieu. Alors, j’ai cru que Dieu voulait aussi travailler à travers moi. Je suis dans la Parole depuis le mois de mai 2011, et j’ai commencé une église de maison chez moi il y a trois mois. Au début, je voulais que Happy vienne enseigner, mais il m’a dit d’enseigner moi-même. C’est ce que j’ai fait.

Dieu ou les amulettes ?

A la première église de maison chez moi, un enfant muet est venu. Sa mère m’a dit qu’elle était venue parce qu’elle croyait que si j’ordonnais à son enfant de parler, il parlerait. Alors je lui ai administré la guérison, je n’ai eu besoin de le faire qu’une seule fois, et il a parlé. Il y avait aussi une fille dont la main était paralysée, je lui ai administré la guérison, et elle s’est mise à soulever un pichet d’eau quatre fois d’affiler.

Alors, j’ai demandé à Dieu plus de champs dans Sa moisson. Et deux autres églises de maison ont commencé, parce que j’ai dit aux personnes concernées : ce que je fais, vous pouvez le faire aussi. Dans un de ces endroits, une femme avait le foie malade depuis quarante ans. Elle est venue chez moi. Tous les soirs, nous nous retrouvons avec les croyants pour parler en langues et partager la Parole. Et cette femme s’est mise à parler en langues ! Puis, elle a réalisé qu’elle était soulagée de sa douleur. Alors qu’elle venait pour la première fois !

Dans sa famille, un mauvais esprit régnait en maître depuis douze ans. Un garçon était malade et devait être opéré. Quelque soit l’argent qu’ils gagnaient, ils dépensaient tout pour les médecins. Je leur ai dit que s’ils croyaient, ils seraient délivrés de tout. Ils m’ont répondu qu’ils croyaient : « Si Dieu délivre les autres, Il peut bien nous délivrer nous aussi. » Alors, j’ai administré la guérison au garçon mais il n’a pas été mieux. En fait, il avait des amulettes autour du bras sous ses vêtements que je ne pouvais pas voir. Mais l’idée m’est venue de leur demander s’il avait des bracelets religieux. Ils m’ont dit oui. Je leur ai demandé s’ils croyaient en Dieu ou aux bracelets. Ils ont répondu « en Dieu ». Alors, ils ont retiré les bracelets, et au même instant, le garçon a été soulagé de sa douleur. Puis je leur ai dit : de la même manière que j’administre la guérison, vous aussi, vous pouvez le faire.

Une résurrection ordinaire

Dans une autre maison, une jeune fille est tombée du troisième étage et s’est tuée. Mais son grand-père était un croyant. Il a dit à Dieu : « C’est ta fille, pas la mienne ». Alors, il a appelé un autre croyant, et au téléphone, ce croyant lui a dit d’ordonner à la jeune fille de se relever. Il l’a encouragé à ne pas considérer la situation mais d’estimer que sa petite-fille était vivante. Alors, il a laissé la jeune fille morte toute seule dans une pièce toute la nuit, sans s’en préoccuper. Et le lendemain matin, la jeune fille est sortie de la pièce en demandant à manger.

Dans mon église de maison, une femme est venue en étant portée par deux autres femmes. Elle m’a demandé de la guérir. Je lui ai dit que, moi, je ne pouvais pas, mais que Dieu pouvait. Mais elle m’a répondu, que c’était moi son maître, que c’était à moi de la guérir. Alors, je lui partagé la Parole de Dieu en lui montrant que c’est Jésus-Christ notre maître. Je lui ai fait confesser Romains 10 : 9, et après, je lui ai demandé de se lever : elle s’est levé et elle a marché toute seule, sans aucune aide.

Aujourd’hui, mon désir, c’est que Dieu me donne de nouveaux champs dans Sa moisson.

Romains 10 : 9
Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé.


Vous pouvez écouter un témoignage vidéo de Neetu en anglais en cliquant sur la photo ci-après :

Interview de Neetu par Laurence Torr, traduction en anglais de Ashish Dial. Vidéo publiée sur le site Internet de Laurence Torr : Powerfilled Ministering.