J'avais entendu parler, par Marie, de la foi brûlante des croyants là-bas, dont certains ne connaissaient la Parole de Dieu que depuis quelques jours ou quelques semaines. J'avais entendu parler des miracles et prodiges que Dieu avait fait dans la vie de ces mêmes croyants avec les témoignages qui m'avaient été rapportés, par Marie ou par d'autres croyants occidentaux en visite dans ce pays, ou encore par Sangat, cet extraordinaire homme de Dieu que tous les croyants indiens remercient pour la Parole de Dieu qu'il a apportée dans leur pays.

Et bien cette fois-ci, j'ai vécu les mêmes choses en les voyant et en les entendant moi-même. J'ai été émue jusqu'aux larmes (des larmes de joie et d'émotion incontrôlable) par l'accueil des croyants que nous avons visités. Notre itinéraire nous a amenés dans plusieurs églises de maison, dont certaines de création très récente. Nous avons été couverts de pétales de fleurs dès notre arrivée, ou entourés par des colliers de fleurs.

Béatrice et Tracy (USA) lors de notre première assemblée, à Karnal.

Je voyais dans ces accueils l'amour des croyants indiens pour nous, les occidentaux, et l'amour qu'ils ont pour Dieu. En dépit des barrières de langue, de culture et de classe sociale, ces frères et sœurs en Christ nous ont considérés comme leurs frères et sœurs. Mon émotion était immense.

A Beas, notre réunion s'est tenue à côté d'un temple sikh. Après avoir reçu une pluie de pétales de fleurs, j'ai pris place et j'ai tellement pleuré d'émotion qu'une croyante indienne est venue de voir, m'a prise dans ses bras et m'a parlé, soit en Punjabi soit en Hindi. Je ne comprenais rien mais à plusieurs reprises j'ai entendu « Permesha », le nom de notre Dieu en langue hindi. Ce qui m'a fait pleurer davantage encore !!

Exemple des colliers de fleurs dont nous étions couverts (ici, à Patiala). Sangat enseigne la Parole de Dieu lors d’un déjeuner après une assemblée.

Des enseignements et des témoignages que nous avons entendus, je retiens que Dieu est vraiment, absolument, certainement le Père de tous Ses enfants et qu'il ne fait aucune différence entre eux. Les croyants indiens ont les mêmes désirs, les mêmes besoins, les mêmes aspirations que moi : comme eux, je veux être guérie de mes maladies.

Nous avons entendu des dizaines de témoignages de reconnaissance à Dieu pour la guérison du diabète, de la lèpre, de la tuberculose, de maladies de peau, de calculs rénaux, de la vésicule. Ils sont tellement nombreux que je ne peux les compter tous. Si Dieu a guéri Ses enfants en Inde, Il me guérira certainement aussi.

Je pense encore aux nombreux témoignages de délivrance d'esprits démoniaques et de tous leurs méfaits : alcoolisme, toxicomanie, etc... Je pense aux conflits familiaux résolus parce que les croyants ont demandé à Dieu de changer le cœur des membres de leur famille qui leur posaient problème. Une bonne leçon pour moi.

Des témoignages bouillonnants

Je repense aux petits garçons qui ont demandé à Dieu une bonne note à leurs examens. L'un d'entre eux, qui ne réussissait pas bien à l'école, est devenu le premier de sa classe. Quel encouragement pour moi qui passe cette année un concours. Non seulement j'ai demandé à Dieu de le réussir, mais d'être reçue première.

Je repense à ces visas pour l'étranger, qui ont été obtenus en deux jours au lieu de 2 à 6 mois. Je revois les trois femmes qui étaient décédées et qui ont été ressuscitées des morts. Tous ces témoignages bouillonnent dans ma tête et m'encouragent à croire mon Dieu pour toute bonne chose dans ma vie.

Photos : Pierre et Christiane.