Hier, Dieu m'a demandé : veux-tu bien que je sois ton Bon Samaritain ? Et ça m'a bouleversée. Car le blessé sauvé par le bon samaritain était presque mort, inconscient, dans le coma, bref incapable de croire, d'aller chercher les promesses de Dieu, de s'y accrocher, d'ordonner quoique ce soit au nom de Jésus-Christ, ni même de prier. Et même dans cet état-là, Dieu nous sauve et nous délivre. Ce n'est pas à nous de faire des efforts pour croire, mais à Dieu d'envoyer Sa parole et de nous guérir et de nous délivrer. Il est notre Bon Samaritain.

Micro-prédication publiée sur Whatsapp le 7 décembre 2016.